Bienvenue

sur mon site

et merci à vous.

Vous y trouverez 

ce que nous avons fait ensemble - notre "histoire partagée" -

et mes réflexions pour poursuivre notre dialogue républicain.

Fidèlement vôtre,

Patrice Martin-Lalande

Portrait de Patrice Martin-Lalande (2009)
 
Le rapport au temps d'un élu cumulant les mandats !

J'avoue être un élu
multi-récidiviste !

 
Il paraît, aujourd’hui, qu’être élu ne doit pas être une profession.

Heureusement que j’ai vécu dans “l’ancien monde”, car j’étais le pire contre-exemple de cumul de mandats, simultanés et successifs !

Avec la complicité systématique des électrices et des électeurs qui se croient libres de choisir combien de temps ils font confiance à leur élu, je m'attarde en effet un peu en politique.

Après 11 ans de cabinets ministériels, je cumule 88 ans de mandats, au travers d’une vingtaine d’élections gagnées, sur 40 ans, entre 29 et 69 ans.

Pas drogué par les campagnes électorales, mais je dois avouer qu’une élection tous les deux ans, ça maintient éveillé !

Puisque, selon l’adage, : "Faute avouée est à moitié pardonnée", je confesse tout.

Six fois élu pour 36 ans de conseil général dont 20 ans comme vice-président.

Cinq fois élu pour 18 ans et 1/2 comme maire de Lamotte-Beuvron.

Deux fois élu pour 7 ans comme conseiller régional et président de commission.

Cinq fois élu pour presque 25 ans comme député à l’Assemblée nationale.

 

Pour un aveu complet, je dois aussi mentionner avoir été élu 1 fois comme maire-adjoint d'Olivet et 1 fois comme suppléant de notre député Guillaume Peltier.

Sans oublier les élections au second degré !

Avec notamment la présidence du Syndicat de la Sologne (SMADES) pendant 20 ans, de 1986 à sa dissolution en 2006 ; puis la présidence du Pays de Grande Sologne pendant 21 ans, de sa création en 1997 à 2018.

 

Je ne dirai jamais assez "merci"

Je ne dirai jamais assez "merci" aux électrices et aux électeurs de m’avoir fait fidèlement confiance.

"Merci" de m’avoir offert d’exercer une des plus belles responsabilités de notre société : faire vivre chaque jour la démocratie, contribuer à créer le projet commun, et tenir la boussole de l’intérêt général pour les décisions quotidiennes au service de tous.

"Merci" aussi de m’avoir offert de vivre une des plus belles aventures humaines. Rechercher la part de lumière de chaque personne rencontrée, pour avoir encore plus envie de l’écouter, de la comprendre, de la convaincre et de l‘aider à réussir ce qui lui tient à cœur. Rencontrer l’infinie variété du peuple de France pour ressentir combien ce qui nous rassemble discrédite ce qui nous divise.

Si vous me demandiez de résumer par quelques mots ce qui a aimanté mon action publique, je crois pouvoir vous dire : la France universelle, la participation, et la tolérance (même si je sais qu’il y a pour cela d’autres maisons que la mienne...).

En réunion publique
Concertation législative sur le projet de loi agriculture le 23 juin 2014
Patrice Martin-Lalande défend le référendum communal lors de la discussion du projet de loi sur l’aménagement du territoire le 12 juillet 1994.

Ma philosophie politique :

la démocratie par

la participation

Je crois depuis toujours en l'intelligence collective (et même après 25 ans d'Assemblée nationale) ! La participation est la meilleure expression de cette intelligence collective. Et notre démocratie doit vivre de façon plus intense et plus inclusive entre les scrutins.

Maire, j’imagine et réalise le référendum qui a permis en 1984 aux Lamottois de choisir dans la clarté le plan de développement de leur ville et l'effort fiscal rendu nécessaire par ce choix.

Président du syndicat de la Sologne, je conduis la concertation pour maximiser les retombées locales pour la construction (800 MF) et les 500 emplois à Center Parcs.

Et par une autre concertation que je mène, l’adoption du plus grand périmètre européen de Natura 2000 pour la Sologne.

Député, je tiens plusieurs fois par an dans ma circonscription ce que j'appelle des "concertations législatives", y compris en ligne. J'invite une centaine de personnes concernées par un projet de loi à venir discuter précisément des objectifs et des articles du projet. Je peux ainsi toujours enrichir ma compréhension des problèmes et faire remonter à l'Assemblée les meilleures idées.

Député, j'interviens dans de nombreux débats - au Parlement comme dans des colloques ou dans des publications - pour développer et garantir l'usage de l'internet au bénéfice de la démocratie : égalité d'accès, protection des libertés, vote en ligne, droit à l'information, transparence, concertation en ligne, co-construction de la décision publique, reddition des comptes.

Député, je propose en 2016 une loi - et continue de la promouvoir - pour que le Parlement instaure une concertation citoyenne en ligne pour préparer tout texte de loi. J'ai parlé "De la démocratie en numérique" ...

Député représentant l’Assemblée nationale à l’UIP (Union InterParlementaire , organisation mondiale des Parlements) je conduis le travail de réflexion et de proposition sur "le Parlement et l’internet".

Député, je milite pour un autre aspect de la démocratie qui s’appelle la parité. En participant activement aux avancées législatives. En choisissant pendant 20 ans des femmes comme suppléantes - Sylvaine Laurent puis Hélène Langlais que je remercie de tout coeur. En étant un des cinq parlementaires qui ont dés le départ fait campagne pour que Michèle Alliot-Marie soit élue présidente du RPR en 1999. En étant le premier parlementaire à apporter son parrainage à Nathalie Kosciusko-Morizet pour sa candidature à la primaire des présidentielles de 2016.

Et je continue de me mobiliser pour "augmenter" notre démocratie représentative qui est au cœur de la fuyante et contestable réforme parlementaire et des thèmes du "Grand Débat" de 2019, l’une et l’autre voulus par le Président de la République.

En savoir plus

 

Être le défenseur efficace de la circo

Certes, le député est d’abord le représentant de la Nation, mais il est l’élu d’une circonscription qu’il doit défendre. 

Défendre collectivement notre territoire, ce n’est pas tout bloquer pour pérenniser l’existant.

 

La meilleure défense, c’est l’anticipation des évolutions, en réfléchissant ensemble à nos atouts et à nos faiblesses. La meilleure défense, c’est de proposer une alternative à la soi-disant fatalité.

 

Une mission pas facile pour les élus qui ont moins que jamais la main sur tous les leviers. 

Défendre individuellement nos concitoyens, c’est rechercher la part de lumière qui existe dans toute personne et dans toute situation pour reconstruire ensemble. Une mission méconnue mais source de grandes joies.

En savoir plus

Intervention à la tribune de l'Assemblée nationale en 2013
 
Priorité au numérique, ses infrastructures et ses usages

Mon engagement 

prioritaire : 

le numérique

Dès avant mon élection en 1993, je ressens "l'informatique" et "l’internet" comme la transformation la plus "disruptive" de tous les aspects de notre société. Pas une simple numérisation de l'existant mais la création d'un autre monde - pour le meilleur et pour le pire. Pas seulement une révolution technologique de plus, mais une révolution "sociétale" aussi totale qu'immédiate.

Au plan national, je crée donc, dès mon élection en 1993, le groupe d'études sur le télétravail à l'Assemblée nationale.

La commission "NTIC" de l'association nationale des Maires de France (AMF) m'élit pour la présider.

Je remets au Premier ministre en avril 1997 les 134 propositions de mon rapport L’internet, un vrai défi pour la France, qui est le premier rapport d'un député français sur l'internet.

J'interviens dans les tout premiers débats sur l'expérimentation des nouvelles technologies et services d'information en 1996.

Je crée en juin 1997, récrée à chaque législature et préside 20 ans, le groupe d’études sur l’internet.

En Loir-et-Cher, comme vice-président du Conseil général chargé des "NTIC", je pilote la définition du Schéma d’aménagement numérique départemental, l'obtention des financements nécessaires et la création du syndicat devenu Val de Loire Numérique pour apporter finalement le très haut débit à 100% de la population.

 

Les médias,

liberté essentielle

Aujourd’hui, chacun peut être émetteur et récepteur d’une information planétaire grâce à l’internet. Mais ne peut pas être un journaliste tenu de vérifier ses sources, de respecter une déontologie et une responsabilité éditoriale. Nous avons besoin des médias pour une info digne de ce nom, l’ouverture aux autres, le pluralisme et donc la démocratie.

Pendant 10 ans de 2002 à 2012, comme rapporteur spécial de la Commission des finances, j’écoute, analyse, valide ou critique ce que dépense l’Etat pour nos télévisions et radios publiques et pour toute la presse écrite. Un travail parlementaire au cœur de nos libertés.

Un post de télévision vintage
 
Le château de Chambord en matinée

Mon carré d'as

Dans la vie, c’est un bonheur rare de pouvoir mettre sa créativité, sa combativité et sa force de persuasion au service de très grands projets !

En Sologne, et en vallées du Cher et de Loire, j’ai eu cette chance pour 4 projets touristiques exceptionnels.

Sept ans de mobilisation et de négociations aux plus hauts niveaux, pour faire venir de Chine les célèbres pandas du ZooParc de Beauval, à Saint-Aignan-sur-Cher !

Six ans de déminage, d’initiative et de persuasion, pour accueillir à Chaumont-sur-Tharonne le Center Parcs des Hauts de Bruyères !

Deux ans de concertation et d’action, pour installer à Lamotte-Beuvron le Parc de la Fédération Française d’Équitation, préparant ainsi le transfert de son siège national !

Plusieurs mois de dialogue local et de vigilance nationale, pour faire adopter - puis faire respecter - le nouveau statut qui a permis la renaissance de Chambord !

Ces réussites sont le fruit d’une confiance et d’un travail en équipe avec les lucides et courageux porteurs des projets. Merci, respectivement, à Francoise Delord et Rodolphe Delord , à Jean-Louis Falcoz, à Serge Lecomte , et à Philippe Martel et Jean d’Haussonville.

 

Le Petit Solognot

Mentions légales

2020 par Patrice MARTIN-LALANDE