Le plus beau mandat d'élu ?

Les élus disent souvent entre eux que "c’est le mandat de maire qui est le plus beau mandat d’élu" !

Malgré la petite expérience que j’ai acquise dans ce domaine comparatif, j’ai du mal à faire mon "podium" entre député / conseiller régional / conseiller général / maire / président de syndicats solognots ! Même si je ne doute pas que la mission de maire et celle de député soient sur ce podium ...

Il faut reconnaître que le maire remplit une mission particulièrement passionnante.

La responsabilité de maire est un expérience humaine très riche par la variété des problèmes sur lesquels il est en première ligne, de la crèche au cimetière ! Pour détecter ces problèmes, pour être sollicité d’agir et pour essayer d’apporter une réponse, quand elle relève juridiquement de ses compétences, ou de faire apporter une réponse quand d’autres ont ces compétences.

De la crèche au cimetière, le maire est censé pouvoir prévoir, organiser et contrôler les moyens de répondre aux besoins de nos concitoyens. Les moyens matériels - immobiliers et mobiliers, et les moyens humains. Son élection comme maire lui confère deux pouvoirs indissociables : il est, à la fois, l’élu chef de l’exécutif communal, et le représentant de l’Etat dans la commune.

Avec la décentralisation, certaines compétences exercées par le maire au plan communal ont été transférées au plan intercommunal (communauté de communes ou d’agglomération). Mais le maire - et les autres élus représentant la commune - participent aux décisions intercommunales sur ces compétences transférées, et restent dans leur commune les premiers relais de l’action attendue de l’échelon intercommunal.

Même si, aujourd’hui, nombre de maires ruraux ont le sentiment d’avoir perdu une bonne partie du pouvoir de co-décision qu’ils étaient censés pouvoir exercer au niveau intercommunal ...

La Mairie de Lamotte-Beuvron
 
Panneau signalant des travaux de voirie
Une cérémonie de commémoration à Salbris

De la crèche

au cimetière

Quelque soit notre âge, beaucoup d’aspects de notre vie quotidienne dépendent des missions du maire - au plan communal ou au plan intercommunal. Jugez-en !
 

  • l’accès aux "services au public" : avec le secrétariat de mairie, la maison de services au public (MSAP), les locaux pour les permanences tournantes, le relais poste ...

  • l’économie et l’emploi : avec l’accueil des entreprises, la création de zones d’activités, la fiscalité ...

  • l’accueil des jeunes enfants : avec la crèche, la halte- garderie, le relais d’assistantes maternelles, le parc de jeux ...

  • l’éducation : avec les écoles maternelle et élémentaire, le transport scolaire, la cantine, le sport, les activités périscolaires ...

  • la circulation : avec le plan de circulation, l’aménagement et l’entretien des rues et routes, du stationnement, de la piste cyclable, des trottoirs et aménagement piétons, l’accès pour personnes en situation de handicap, le balisage et les feux, l’éclairage public ...

  • les transports : scolaires, sportifs, publics ...

  • l’eau et l’assainissement : avec le château d’eau, le réseau d’eau potable et de desserte incendie ; et avec la station d’épuration et les réseaux d’eau usée et d’eau pluviale ...

  • l’environnement : se retrouve dans beaucoup d’autres missions. Avec aussi la gestion des espaces verts, la collecte des ordures ménagères, les points de collecte sélective et la déchetterie ...

  • la santé : avec le contrôle des installations, la maison de santé, le déclenchement de l’alerte en cas de risque pour la santé publique ...

  • l’énergie: avec les réseaux de gaz et d’électricité qui passent sur le domaine public ...

  • les télécommunications : avec le réseau de téléphone fixe, l’éventuel relais TV hertzienne (ex. de F3), l’antenne de téléphonie mobile, le réseau internet haut ou très haut débit ...

  • le logement : avec la constructibilité et la viabilité des terrains à bâtir dans les documents d’urbanisme, le permis construire, le logement social, l’aide à la rénovation, l’accueil des gens du voyage ...

  • la sécurité : avec le garde champêtre ou la police municipale ; le centre de secours et les pompiers ; la gestion du stationnement, des manifestations sur la voie publique, des immeubles en péril ...

  • la culture : avec le soutien des associations ou l’organisation directe d’activités culturelles ; les salles associatives, salle des fêtes et de spectacle, école de musique, Maisons des jeunes et de la culture ...

  • le sport : avec le soutien des associations ou l’organisation d’activités sportives ; la gestion des piscines, terrains, vestiaires, gymnases, salles ... ; la gestion de certains professeurs ou des entraîneurs et des maîtres-nageurs ...

  • le troisième âge : avec le club d’aînés, l’EHPAD (qui est souvent un établissement public communal dont le maire préside le conseil d’administration), les repas à domicile, l’aide ménagère ...

  • le respect des morts : avec la gestion du cimetière et du monument aux morts ...

  • et, bien évidemment, la gestion des services, des personnels et des bâtiments de la mairie ....

 

Responsable

de "A" à "Z"

La responsabilité de maire est aussi une expérience humaine très riche par le fait que, dans beaucoup de domaines, le maire est responsable de À à Z.

 

Pour beaucoup d’autres élus ne faisant pas partie de l’exécutif, leur pouvoir se limite à une intervention sur "une séquence" dans "un processus" qui leur échappe, en amont comme en aval.

 

Le maire a le redoutable privilège d’être responsable de l’ensemble du processus qui va de la détection du besoin à l’évaluation des résultats de la solution qu’il a mis en place.

Pour la détection, le maire partage bien souvent la vie des habitants de sa commune : avec eux, il ressent l’émergence des besoins. Dans les cas où il ne les vit pas lui-même, le maire sera rapidement alerté du problème par des élus de son conseil, par son personnel communal ou par des habitants qu’il rencontre.

Il lui revient alors de lancer l’analyse du problème et la recherche d’une solution avec l’aide des techniciens. La solution trouvée, le maire fera adopter par son conseil une délibération choisissant la solution, sollicitant les financements extérieurs et lançant les appels d’offre. Le maire présidera aux choix issus des appels d’offres et lancera les travaux ou les acquisitions ou les recrutements. Quand la solution fonctionne, souvent après ajustements, le maire doit encore évaluer ce bon fonctionnement et corriger les éventuelles insuffisances.

De A à Z ... le maire pilote la réponse aux besoins des habitants de sa commune. Il est l’élu qui vit humainement tous les jours avec les résultats de son action (ou de son inaction !), alors que les autres élus ne vivent que de manière ponctuelle et distanciée avec les résultats de leur action.

Visuel responsable de A a Z
 
Le mandat de maire n'a pas d'équivalent !

Pour qui aime réaliser des projets et les voir vivre,

le mandat de maire n'a pas

d'équivalent !

Je ne sais pas si on a le droit de l’écrire ! Mais décider peut être très un exercice intellectuellement excitant ... Il s’agit, à chaque fois, de rechercher l’utilisation optimale des cartes municipales que l’on a en main. Et d’essayer, en permanence, de se doter d’un maximum de nouvelles cartes favorables à notre objectif d’intérêt général pour la commune. En gardant les yeux rivés sur la seule boussole permise : la recherche inconditionnelle de l’intérêt général de la commune.

L’utilisation optimale des cartes en main est probablement ce que vivent aussi, à leur manière, les chefs d’entreprise ou les responsables d’organisations. Avec toutefois deux très importantes différences avec les responsabilités d’un maire.

Première différence, un maire doit obligatoirement fournir des prestations répondant à un très large éventail de besoins qu’il ne peut choisir de satisfaire ou de ne pas satisfaire. Un chef d’entreprise fournit les prestations sur un éventail beaucoup moins large ; et ces prestations, il choisit librement de les produire ou d’arrêter de les produire quand il l’estime conforme à l’intérêt de son entreprise. L’ objectif "d’intérêt général" d’une commune est en effet plus complexe et plus contraignant que l’objectif "d’intérêt social" d’une entreprise.

Seconde différence, un client d’entreprise qui n’est pas satisfait change de fournisseur. Un habitant de commune qui n’est pas satisfait ne peut changer de fournisseur qu’en déménageant ! Ou, si la prestation fait partie des rares prestations délocalisables, en allant chercher ailleurs la prestation satisfaisante. Et il est rare que l’insatisfaction touche tout l’éventail des prestations : l’habitant hésitera à déménager pour une ou deux insatisfactions et devra donc vivre souvent en situation d’insatisfaction partielle ... en ayant son maire-fournisseur à portée de voix (pas seulement dans les urnes ... !). Le maire et les habitants de la commune sont "un fournisseur" et "des clients" obligés de vivre ensemble.

Mais ce sont les électeurs qui choisissent pour combien de temps ...

 

Le bonheur

de célébrer
"le plus beau

jour de leur vie"

Tous les maires vous le diront : la célébration des mariages est un des moments les plus émouvants et les plus réconfortants de la vie municipale !

Il n’y a pas deux mariages qui se ressemblent. Mais, à chacun d’entre eux, je prends en partage une bouffée d’affection, de bienveillance et de beauté. Les mariages aussi connaissent la biodiversité !

Il y a les mariages exubérants où le maire doit gentiment attendre que l’assistance extériorise un peu moins sa joie pour pouvoir lire les fameux articles du Code civil et entendre les deux "oui" décisifs. Il y a les mariages où l’on attend un des témoins "retardé sur la route", mais qui est forcément "en train d’arriver". Les mariages au cours desquels les mariés s’échangent leurs alliances et d’autres où ils le feront lors de la cérémonie religieuse.

Il y a les mariages de débutants et les mariages de récidivistes. Les mariés qui savent anticiper l’autre "heureux événement" et les mariés rien que pour eux deux. Les mariés entourés des enfants des autres et des mariés entourés de leurs enfants. Avec des variantes : enfants, ensemble ou séparément procréés. Les mariages avec ou sans quête pour la cause choisie par les familles.

 

Il y a les mariages "sportifs" avec rangées de ballons ou de casques à la sortie de la mairie. Les mariages "chantants" aux accents d’un peu partout en France, ou d’au-delà. Des mariages où il faut rappeler, à ceux qui voudraient l’intimité de la cérémonie ou éviter de gâcher l’énergie, que les portes de la salle doivent rester ouvertes pour la validité du mariage ...

A chaque mariage, le maire prononce un petit discours pour ce réjouir de cette célébration, féliciter les familles et souhaiter le plus grand bonheur aux mariés. La cérémonie se termine par la remise du fameux "Livret de famille" qui me donne l’occasion de détendre l’atmosphère solennelle d’une fine plaisanterie du style : "au-delà du 8ème enfant, le second Livret de famille est à nouveau délivré gratuitement" ...

Non seulement la célébration des mariages est une fête, mais, dans les cœurs, cette fête reste longtemps associée au maire ! Encore maintenant, plusieurs fois par an, des couples que j’ai mariés il y a 20 ou 30 ans, m’abordent gentiment, quand je les croise par hasard loin de Lamotte, pour me saluer et me dire avec un joyeux sourire complice "vous nous avez mariés !"

A la demande souvent de leurs enfants, certains couples souhaitent "repasser devant monsieur le maire" pour célébrer leur 50e ou 60e anniversaire de mariage. Les noces d’un métal ou d’une pierre de plus en plus rare. Rien d’officiel, mais seulement "revivre" la cérémonie et se dire joyeusement et fièrement que le "oui" d’alors a franchi tous les obstacles. C’est un moment émouvant aussi de relire, devant les "vieux mariés" et leur famille en large partie absente lors du mariage initial (!), le texte du registre des mariages de l’époque. Dans cette cérémonie familiale, les époux et la famille ont droit à la parole moins chichement qu’avec les "oui" ou "non" de la cérémonie officielle ! Et ils ne s’en privent pas pour témoigner des recettes de l’amour durable, de la joie des naissances et de tout ce qui rend la vie plus belle. Un petit discours, une belle plante et un vin d’honneur plus loin, et nos marathoniens de la conjugalité repartent, bras-dessus, bras- dessous, entourés de l’affection joyeuse de leurs proches.

Cérémonie d'un mariage lamottois
 

Le Petit Solognot

Mentions légales

2020 par Patrice MARTIN-LALANDE